Vous pensez au suicide? Veuillez téléphoner sans frais au 1-833-456-4566 (Au Québec : 1-866-277-3553), ou visitez www.crisisservicescanada.ca/fr.

Vous êtes présentement sur le site Web :

national

Visitez nos sites Web provinciaux

La schizophrénie

La schizophrénie est une maladie mentale grave. L’un des mythes les plus persistants à son sujet est qu’on ne peut la traiter. Avec les bons soutiens, les gens peuvent travailler ou faire du bénévolat, participer activement à leurs propres soins et contribuer à leur communauté.

Qu’est-ce que la schizophrénie

La schizophrénie est une maladie mentale qui influence la façon de comprendre et d’interagir avec le monde extérieur.

Au début d’un épisode, les gens peuvent avoir l’impression que les choses qui les entourent semblent différentes ou étranges. Ils peuvent commencer à avoir de la difficulté à se concentrer, à penser ou à communiquer clairement ou à participer à leurs activités habituelles. Au coeur de l’épisode, les gens peuvent avoir des pertes de contact avec la réalité. C’est ce qu’on appelle des psychoses et elles peuvent prendre la forme d’hallucinations (de sensations comme des voix qui ne sont pas réelles) et de délires (de convictions fortes qui ne sont pas vraies comme celle d’avoir des super pouvoirs). Certaines personnes se sentent à plat ou engourdies. Leur humeur, leur motivation et leurs capacités d’accomplir des tâches peuvent aussi changer. Après un épisode, les signes peuvent continuer pendant un certain temps. Les gens peuvent se sentir agités, isoler des autres ou avoir du mal à se concentrer.

Le parcours et les répercussions exacts de la schizophrénie sont propres à chaque personne. Certaines personnes ne connaissent qu’un épisode au cours de leur vie, tandis que d’autres en vivent plusieurs. Certaines personnes traversent des périodes de bien-être entre les épisodes alors que d’autres peuvent connaître des épisodes qui durent longtemps. Certaines personnes connaissent un épisode psychotique sans avertissement, alors que d’autres manifestent de nombreux signes précurseurs. Peu importe la façon dont une personne vit la schizophrénie, la recherche reconnaît qu’un traitement précoce peut aider à réduire l’incidence des épisodes à l’avenir.

Qui est touché?

La schizophrénie peut toucher tout le monde. Elle commence durant l’adolescence, quoique les femmes commencent souvent à être atteintes de la maladie un peu plus tard que les hommes. Personne ne sait exactement ce qui cause la schizophrénie ou pourquoi elle peut toucher les gens de façon aussi différente. Les gènes, la façon dont le cerveau d’une personne se développe et les évènements de la vie peuvent tous jouer un rôle.

Qu’est-ce que je peux faire?

Même si on ne peut pas guérir la schizophrénie, les gens peuvent se rétablir et se rétablissent. Le rétablissement peut signifier apprendre à réduire l’incidence de problèmes, relever les défis ou maintenir le bien-être. La plupart des gens combinent certains des traitements et des services d’aide ci-dessous.
Certaines personnes doivent être hospitalisées si elles connaissent un épisode grave de psychose. C’est là le moment de déterminer le meilleur traitement pour vous et de commencer votre cheminement vers la santé. Avant de quitter l’hôpital, les prestataires de soins devraient vous aider à déterminer les prestataires de services (médecins, conseillers, conseillères, travailleurs sociaux ou travailleuses sociales) qui participeront à votre traitement soins et soutiendront votre rétablissement.

La médication

Les médicaments appelés antipsychotiques peuvent aider à réduire la gravité des symptômes comme les hallucinations et les délires, et éliminer en même temps ces symptômes pour beaucoup de personnes. En continuant la médication lorsque vous vous sentirez mieux de nouveau peut aider à réduire le risque de rechute (lorsque les symptômes reviennent). Il existe de nombreux types d’antipsychotiques; il faudra donc du temps et de la patience pour trouver celui qui vous convient le mieux.

Tous les médicaments peuvent causer des effets secondaires dont certains peuvent être pénibles ou difficiles. Il est recommandé d’avoir des conversations périodiques et ouvertes au sujet de la médication avec votre médecin. Ainsi, tout le monde comprend comment un médicament agit sur vous, ce qui peut être fait et les choix possibles.

Le counseling et les soutiens

Le counseling peut aider à atténuer de nombreux problèmes, dont ceux concernant l’humeur mélancolique, l’anxiété et les relations. Vous pouvez acquérir des compétences utiles comme la résolution de problèmes et la définition d’objectifs. Il existe également des thérapies pour aider à réduire l’incidence des délires et des hallucinations. La schizophrénie peut influer sur les objectifs personnels concernant les études, le travail et la vie autonome. Des professionnels ou professionnelles (ergothérapeutes, travailleurs sociaux ou travailleuses sociales) peuvent aider par rapport à la vie quotidienne, les compétences sociales, la formation liée à l’emploi ou au bénévolat et les activités communautaires. Ils peuvent également vous mettre en contact avec des services de soutien communautaires comme les soins à domicile, l’aide au logement et au revenu.

La prévention des rechutes joue un rôle important dans la gestion de la schizophrénie. Vous pouvez apprendre ce qui pourrait déclencher un épisode et à reconnaître les signes précurseurs d’un épisode. L’objectif est de découvrir à quel moment demander des soutiens supplémentaires qui peuvent aider à réduire l’incidence ou la durée de l’épisode.

Il est important pour tout le monde de prendre soin de soi. Des petites étapes comme bien manger, faire de l’exercice régulièrement, adopter de saines habitudes de sommeil, consacrer du temps à des activités qu’on aime, la spiritualité et entrer en contact avec des proches peuvent faire une grande différence.
La schizophrénie peut donner aux gens le sentiment d’être très isolés et très seuls. Parfois, de nombreuses personnes atteintes de schizophrénie se sentent mal à l’aise en présence des autres. Mais beaucoup s’inquiètent également de ce que les autres vont penser d’elles. Les bonnes relations peuvent favoriser le soutien et la guérison. Votre équipe de soins peut vous aider à entrer en contact avec des groupes de soutien.

Comment est-ce que je peux aider un proche?

Il peut être difficile de soutenir un proche, de comprendre ce qu’il vit, et son comportement peut parfois être déconcertant. Beaucoup de personnes s’inquiètent de l’avenir de leur proche. Heureusement, on peut traiter la schizophrénie, et l’amour et le soutien peuvent aider énormément. Voici quelques conseils pour aider un proche :

Besoin d’aide supplémentaire?

Pour en savoir plus sur les services d’aide et les ressources disponibles dans votre région, communiquez avec un organisme communautaire comme l’Association canadienne pour la santé mentale (ACSM).

Fondée en 1918, l’Association canadienne pour la santé mentale (ACSM) est l’organisme communautaire du secteur de la santé mentale le plus vaste et le mieux établi au Canada.  Présente dans plus de 330 communautés réparties dans toutes les provinces et un territoire, l’ACSM œuvre en défense des droits et offre des ressources qui contribuent à prévenir les problèmes de santé mentale et les maladies mentales, à soutenir le rétablissement et la résilience, afin de permettre à tous les Canadiennes et Canadiens de s’épanouir pleinement.