Vous pensez au suicide? Veuillez téléphoner sans frais au 1-833-456-4566 (Au Québec : 1-866-277-3553), ou visitez www.crisisservicescanada.ca/fr.

Vous êtes présentement sur le site Web :

national

Visitez nos sites Web provinciaux

L’éco-anxiété : la montée du désespoir

Des températures croissantes. La fonte des calottes glaciaires. Des ours polaires qui se noient. Inutile de rappeler qu’il y a urgence climatique, et que la planète en subit les effets. Mais cette urgence en est aussi une de santé mentale. Les statistiques sont percutantes : les traumatismes psychologiques découlant d’une catastrophe naturelle touchent quarante fois plus de personnes que les blessures physiques1. Quant aux récits humains, ils sont troublants. Dans le Nord canadien, les chasseurs inuits connaissent de plus en plus de problèmes de santé mentale à mesure que l’état des glaces change et menace la chasse de subsistance. Les climatologues souffrent eux-mêmes de deuil et de dépression écologiques. Et certains enfants n’arrivent pas à dormir parce qu’ils sont inquiets pour l’avenir.

Fardous Hosseiny, chef de la direction nationale par intérim de l’ACSM, se désole : « Je pense au changement climatique et à son incidence sur la santé mentale. L’urgence climatique n’est pas juste une question de feux de forêt, de hausse des températures et de montée des océans. Comment traiterons-nous le désespoir croissant et les répercussions du traumatisme climatique sur la santé mentale? »

En tant que société, nous avions besoin d’un terme pour décrire notre sentiment par rapport au changement climatique. Les psychologues lui ont donné le nom d’éco-anxiété. Bien que ce ne soit pas un diagnostic clinique, l’expérience est réelle pour bon nombre de personnes, en particulier pour les jeunes.

Mais qu’est-ce que l’éco-anxiété, au juste? Cela réfère à une peur profonde de la destruction de l’environnement et des catastrophes humaines, et elle peut déclencher les mêmes types de symptômes que l’anxiété (comme des attaques de panique et de l’insomnie) et la dépression.

Même si certains psychologues disent que la peur est une réaction appropriée et saine à l’urgence climatique, nous ne pouvons pas laisser le phénomène s’aggraver ou devenir la nouvelle norme. Alors quelles sont nos options?

Voici des stratégies que certaines personnes ont trouvées utiles pour diminuer leur sentiment d’impuissance à l’égard du changement climatique :

Si votre expérience est extrêmement troublante ou invalidante, veuillez consulter un professionnel de la santé.

  1. https://blogs.cdc.gov/publichealthmatters/2017/08/predicting-community-resilience-and-recovery-after-a-disaster/