Vous pensez au suicide? Veuillez téléphoner sans frais au 1-833-456-4566 (Au Québec : 1-866-277-3553), ou visitez www.crisisservicescanada.ca/fr.

Vous êtes présentement sur le site Web :

national

Visitez nos sites Web provinciaux

L’ACSM demande davantage de soutien en santé mentale pour aider les plus vulnérables à s’adapter pendant la COVID-19 et après.

Un nouveau document d’orientation de l’ACSM se penche sur la prévention de la pandémie subséquente.

Les mois de mesures strictes de distanciation physique, d’inquiétudes au sujet de la maladie et d’instabilité économique ont tous engendré de graves conséquences sur la santé mentale de nombreuses personnes au Canada, suscitant ainsi une crainte de voir apparaitre une pandémie subséquante de problèmes de santé mentale partout à travers le pays. L’Association canadienne pour la santé mentale (ACSM) croit que le gouvernement fédéral a une occasion de tirer pleinement parti de ses investissements en santé mentale effectués dans le cadre de la COVID-19, pour ainsi assurer à long terme que les gens continuent à obtenir le soutien dont ils ont besoin maintenant et dans le futur.

Dans un nouveau document d’orientation, COVID-19 et santé mentale : se préparer à la pandémie subséquente, l’ACSM formule huit recommandations pour orienter Ottawa dans la manière dont elle peut réduire les conséquences de la COVID-19 sur la santé mentale des Canadiens et particulièrement, auprès des plus vulnérables.

Le portail du gouvernement fédéral Espace Mieux-être Canada est une étape franchie importante qui permettra de répondre aux besoins à court terme des Canadiens en raison de la crise. Toutefois, la sombre réalité est que le manque de services en santé mentale à travers le pays est un problème antérieur à la pandémie de la COVID-19. Près de 1,6 million de Canadiens avaient déjà des besoins non satisfaits en matière de services en santé mentale avant la pandémie. Les bouleversements sociaux et économiques causés par la COVID-19 n’ont fait qu’empirer les choses.

Cette situation sans précédent pourrait également avoir un impact négatif sur les personnes qui vivent déjà avec une maladie mentale ou un problème de santé mentale, dont plusieurs continuent à composer avec une insécurité financière et une situation de logement précaire.

Les recommandations de l’ACSM visent à orienter le gouvernement fédéral alors qu’il continue de répondre aux besoins de santé mentale actuels et ceux en période post-pandémique :

  1. Préserver et améliorer l’accès aux programmes et aux services communautaires de santé mentale.
  2. Protéger la santé mentale des travailleurs essentiels.
  3. Créer les conditions propices à l’équité en santé pour les Autochtones et soutenir la santé mentale des peuples autochtones au Canada.
  4. Inclure pleinement les personnes ayant une expérience vécue dans les mesures de soutien économique liées à la COVID-19.
  5. Inclure les personnes ayant une expérience vécue de maladie mentale dans l’élaboration de la réponse en santé mentale face à la COVID-19.
  6. Financer publiquement les soins de santé mentale fondés sur des données probantes pour tous les Canadiens.
  7. Renforcer les mesures de soutien au logement et à l’emploi pour les personnes ayant des problèmes de santé mentale et des maladies mentales, ainsi que pour tous les Canadiens.
  8. Investir dans la promotion de la santé mentale, la prévention des maladies mentales et l’intervention précoce.

Il est maintenant temps de mettre en place un plan pour les conséquences à long terme de la COVID-19 sur la santé mentale. L’ACSM est prête à mobiliser son réseau communautaire pour aider le gouvernement à élaborer un plan d’action qui pourra rejoindre chaque personne dans le besoin.

Découvrez notre document d’orientation ici.