Vous pensez au suicide? Veuillez téléphoner sans frais au 1-833-456-4566 (Au Québec : 1-866-277-3553), ou visitez www.crisisservicescanada.ca/fr.

Vous êtes présentement sur le site Web :

national

Visitez nos sites Web provinciaux

Déconstruire la normalité : les 10 meilleurs moments du Congrès #LaSantéMentalePourTous

Notre perception de ce qui est « normal » ou non domine tellement notre quotidien que nous la remettons rarement en cause. Bien souvent, nous n’en avons même pas conscience. Développement normal de l’enfant. Déroulement normal du deuil. Normes sociales. Développement sexuel normal. Comportement normal pour l’âge. Symptômes normaux de dépression. Difficultés normales de la vie.

Notre conception de la prétendue normalité est profondément enracinée dans notre société et dans notre mode de vie.

Mais la pandémie a ébranlé nos certitudes à ce sujet. Et nos vies en ont été bouleversées. Au Canada, depuis le début de la pandémie, 41 % des gens ont signalé une détérioration de leur santé mentale[1].

Depuis 22 mois, beaucoup d’entre nous aspirent à une vie « normale ». Mais qu’est-ce que la normalité? Et si cette normalité était la cause de la situation actuelle? Notre « normalité » prépandémique n’était pas exempte de racisme systémique, d’insécurité alimentaire et de précarité liée au logement et à l’emploi. Notre système de santé mentale était en outre inadéquat. Comment avons-nous pu trouver tout cela « normal »?

À l’occasion du 6e Congrès annuel La santé mentale pour tous, nous avons invité des personnes qui interrogent la normalité dans leur vie professionnelle et personnelle à se joindre à nous pour deux jours de discussions, de collaborations et d’apprentissages.

Conférencières et conférenciers à l’avant-garde, ateliers passionnants, activités hors programme pertinentes, soutien de nos commanditaires et exposants… Tout était en place pour que nous vivions un événement « hors norme »!

Le syndrome fomo (de l’anglais fear of missing out) se manifeste? Pas de souci! Voici un palmarès de nos 10 moments coups de cœur.


  1. Aller au-delà des reconnaissances territoriales, par Reid Hartry

Doing justice to our theme, Reid Hartry, a retired social worker, Métis Elder, and former member of our Board of En parfaite continuité avec notre thème, le travailleur social à la retraite, aîné métis et ancien membre de notre conseil d’administration Reid Hartry a invité son auditoire à aller au-delà des reconnaissances territoriales « normales », parce qu’une reconnaissance territoriale doit être plus qu’un geste vide de sens, plus qu’une case à cocher.

2. Réparer la normalité : l’histoire de l’ACSM Peel Dufferin

Lisa Ali, directrice principale de la stratégie et des services cliniques à l’ACSM Peel Dufferin, a raconté à Margaret Eaton, cheffe de la direction nationale de l’ACSM, comment sa filiale de l’ACSM a fait face à la COVID-19.

L’ACSM Peel Dufferin sert une population diversifiée dans le sud de l’Ontario. La pandémie a entraîné une forte augmentation des besoins en santé mentale, que ce soit sur place ou par l’intermédiaire de son service de crise accessible 24 h/24, 7 j/7. Plus de 60 000 appels ont été reçus en 2020 seulement. Pour répondre aux besoins immédiats de la collectivité, la filiale s’est engagée – et a réussi – à rappeler dans les 24 heures toutes les personnes qui téléphonaient. Mais ce n’est pas tout. Son personnel s’est aussi rendu dans les établissements de soins de longue durée, les emplacements désignés pour la quarantaine et les quartiers les plus durement touchés par la COVID-19 afin de contribuer à stabiliser le système de santé.

3. Accueillir l’avenir incertain des services en santé mentale et en toxicomanie

Conférencier d’honneur, Dr Javeed Sukhera a tenu des propos éclairants sur notre système de santé mentale vicié : en réalité, notre système n’est pas brisé; il a été conçu ainsi. Il est devenu normal au Canada de traiter les personnes qui l’utilisent comme des citoyennes et citoyens de seconde zone.

Pour créer un nouveau système de santé mentale, les personnes qui y œuvrent doivent s’unir autour de valeurs comme la confiance, le partage du pouvoir et l’humanité.

4. Table ronde : apprendre de la jeunesse canadienne

Temps fort de notre congrès, la très attendue table ronde des jeunes nous a offert un aperçu de l’expérience vécue par la nouvelle génération dans notre système de santé mentale.

Lisa Wood, spécialiste en santé mentale jeunesse, a agi comme modératrice auprès de trois jeunes panélistes :

Stacie, Alex et Cindy ont parlé de leurs propres problèmes de santé mentale et de leurs difficultés à naviguer dans le système, en plus de faire valoir l’importance d’impliquer les jeunes dans les décisions sur le fonctionnement du système. À leur avis, un système idéal donnerait accès à des soins abordables en temps opportun. Anti-oppressif, il offrirait des programmes et services culturellement adaptés et un soutien par les pairs facilement accessible.

5. EActivités hors programme : yoga, méditation, heure du compte, pleine conscience et réseautage

Qui a dit qu’un congrès virtuel était moins stimulant qu’un rassemblement en personne? Voici les activités hors programme qui ont été proposées :

Dima Devana, gestionnaire du programme Retrouver son entrain, ACSM du Nouveau-Brunswick

Évoquant les 18 derniers mois, Dima a rappelé que c’est tout à fait correct de se sentir contrarié parce que tout ne s’est pas déroulé comme prévu. Nous avons le droit de ressentir de la frustration et il est important d’accueillir les émotions désagréables. Ça fait partie de l’expérience humaine.

Evonne Sullivan, B.A., L.R.H.A., professeure de yoga certifiée auprès de la Yoga Alliance et conférencière

Evonne a dirigé une séance de yoga axée sur la pleine conscience, le mouvement et la relaxation en intégrant des techniques et outils d’ancrage et de réduction du stress.

Artiste de drag de Fredericton, Amour Love s’est fait connaître pour ses activités de lecture auprès des enfants : tous les dimanches soir, elle raconte une histoire traitant de santé mentale et d’estime de soi à l’ACSM du Nouveau-Brunswick. Elle a même organisé son propre événement de narration de contes. Amour Love parle ouvertement de ses difficultés et de ses réussites ainsi que de l’importance de prendre soin de soi et de s’aimer.

Scott Ste Marie, fondateur de Depression to Expression, conférencier, animateur de balado, créateur de contenus et humain

Guidant la méditation, Scott a fait travailler nos muscles. Pas ceux auxquels vous pensez, mais plutôt nos muscles de l’amour-propre et de la compassion. Plus on les travaille, plus ils se renforcent et se mobilisent aisément.

Si vous demandez aux gens qui participent à des congrès pourquoi ils le font, beaucoup diront que c’est pour le réseautage. Le congrès La santé mentale pour tous en a fait un élément phare en offrant des salles de réseautage virtuel autour de thèmes et groupes variés :

6. Stacy-Ann Buchanan: The Blind Stigma
Championne de la santé mentale, cinéaste, conférencière TEDx et actrice

Seconde conférencière d’honneur, Stacy-Ann Buchanan a conquis son auditoire en racontant son vécu en santé mentale au sein de la communauté noire, où elle a fait face à une foule de préjugés. Comme elle l’affirme elle-même, on l’a couverte d’un « voile de la honte ». Dans son documentaire primé, The Blind Stigma, et sa série de balados du même nom, Stacy-Ann interviewe des personnes noires au sujet de leurs expériences en matière de santé mentale, contribuant ainsi à lever le voile.

7. Séances simultanées

Concurrent sessions are the heart of the MH4A Conference, where front-line workers, service providers, researchers, people with lived experience, activists and policymakers come together to share their knowledge and wisdom. Sessions dealAu cœur du Congrès La santé mentale pour tous, les séances simultanées ont offert à l’auditoire – intervenants et intervenantes de première ligne, prestataires de services, chercheurs et chercheuses, personnes ayant une expérience vécue, militants et militantes ainsi que décideurs et décideuses – un espace de rencontre où partager sagesse et connaissances. Parmi la série de thèmes abordés, mentionnons la violence conjugale, l’épuisement professionnel, la santé mentale des personnes d’origine sud-asiatique, les perspectives autochtones sur le mieux-être ainsi que la thérapie comportementale dialectique.

8. Dre Carol Hopkins

Autre conférence d’honneur, la Dre Carol Hopkins a alimenté la conversation sur la réconciliation en se penchant sur sa portée pour la santé mentale et le mieux-être des personnes autochtones. Pour elle, la véritable réconciliation passe par une prise de conscience du passé, une reconnaissance des torts infligés, une réparation visant les causes et des changements de comportements.

9. Séance plénière : les normes nationales de santé mentale

Lors d’une séance plénière sur les normes nationales de santé mentale, nous nous sommes demandé pourquoi nous avons besoin de telles normes et pourquoi nous en avons besoin maintenant.

Compte tenu de l’engagement récent du gouvernement fédéral à créer de nouvelles normes sur les services de santé mentale, les panélistes ont expliqué comment des normes faciliteraient l’obtention de financement et contribueraient à assurer le contrôle de la qualité, la reddition de compte et l’évaluation du rendement.

La séance était animée par Jonny Morris, directeur général de la division de l’ACSM de la Colombie-Britannique. Y ont participé :

10. Vu Le

La légèreté était au programme de la conférence de clôture. Connu pour son blogue NonprofitAF, Vu Le a ainsi fait appel à d’habiles analogies pour remettre en question la « normalité » au sein du secteur sans but lucratif. Maniant un humour engageant et rafraîchissant, Vu Le a suscité auprès de son auditoire un sentiment de validation, de même que de l’enthousiasme pour le travail dans ce secteur.

Nous sommes reconnaissants envers tous les participants et participantes qui ont fait des présentations, y ont assisté, ont contribué à susciter des débats et ont exprimé leurs points de vue. Bien sûr, nous sommes également remplis de gratitude envers nos commanditaires et partenaires, sans qui il n’y aurait pas eu de congrès : Commission de la santé mentale du Canada, EHN Canada et Academica Group.

Merci enfin à tous nos exposants :


[1] https://cmha.ca/fr/brochure/le-3eme-tour-de-lenquete-nationale-montre-que-la-pandemie-a-des-effets-nefastes-sur-les-emotions/