Vous pensez au suicide? Veuillez téléphoner sans frais au 1-833-456-4566 (Au Québec : 1-866-277-3553), ou visitez www.crisisservicescanada.ca/fr.

Vous êtes présentement sur le site Web :

national

Visitez nos sites Web provinciaux

Déclaration de l’ACSM sur la «thérapie» de conversion

La « thérapie » de conversion est une pratique nuisible qui met en péril la santé mentale des personnes 2SLGBTQ+

Forte de sa présence dans plus de 330 communautés réparties dans toutes les provinces et un territoire, l’Association canadienne pour la santé mentale (ACSM) est le plus important organisme communautaire du secteur de la santé mentale au Canada. L’ACSM œuvre en défense des droits et offre des programmes et ressources qui contribuent à prévenir les problèmes de santé mentale et les maladies mentales, à soutenir le rétablissement et la résilience et, ainsi, à permettre à tous les Canadiens et Canadiennes de s’épanouir pleinement.

L’ACSM condamne fermement la thérapie et les pratiques de conversion (aussi appelées « thérapie réparatrice », « thérapie de réorientation » ou « thérapie par aversion »), définies comme tout traitement, pratique ou effort soutenu ayant pour effet de nier, de réprimer, de décourager ou de changer l’orientation sexuelle non hétérosexuelle d’une personne, une identité ou une expression de genre non cisgenre*, ou encore des comportements associés à un genre autre que le sexe assigné à la naissance. Les pratiques de conversion incluent la thérapie par la parole, la thérapie comportementale ou d’aversion, la thérapie de groupe et les traitements médicaux ou médicamenteux[1].

Les associations professionnelles en santé mentale, les professionnelles et professionnels de la santé, les groupes professionnels alliés, les spécialistes en droits de la personne[2], les organisations internationales[3], les personnes et les organisations 2SLGBTQ+, de même que beaucoup de personnes ayant été soumises à une thérapie de conversion[4] ont publiquement dénoncé les effets nuisibles de telles pratiques sur la santé mentale et physique des personnes s’identifiant comme 2SLGBTQ+. Ces techniques d’invalidation, qui portent atteinte à l’identité sexuelle et de genre des personnes qui les subissent et bafouent leur droit fondamental à l’autonomie et à l’intégrité, ne reposent ni sur des pratiques exemplaires en médecine, ni sur des données probantes, ni sur des normes éthiques. Les études ont systématiquement démontré que les pratiques de conversion ont de nombreuses conséquences néfastes, dont la dépression, l’anxiété, l’isolement social, la haine de soi, le trouble de stress post-traumatique, les pensées suicidaires ou le suicide ainsi que le dévoilement différé de son orientation sexuelle ou de son identité de genre[5].

La thérapie de conversion est ancrée dans des croyances néfastes, stigmatisantes et discriminatoires à l’égard des orientations autres que l’hétérosexualité, des identités non cisgenres et des expressions de genre qui s’écartent des normes binaires cisgenres stéréotypées. À l’ACSM, nos valeurs traduisent un respect des orientations sexuelles et des identités et expressions de genre des personnes 2SLGBTQ+ et s’incarnent dans une prestation de soins inclusifs et d’affirmation. L’ACSM est fièrement solidaire des personnes 2SLGBTQ+ et reconnaît leur droit à des soins de santé mentale de qualité, complets, fondés sur des données probantes et exempts de stigmatisation, d’oppression et de discrimination.

Nous prions les individus qui utilisent la « thérapie de conversion » de cesser immédiatement cette pratique dangereuse.

*Le terme « cisgenre » désigne une personne dont l’identité de genre correspond au sexe qui lui a été assigné à la naissance.


[1] https://www.noconversioncanada.com/what-is-conversion-therapy et https://www.tandfonline.com/doi/abs/10.1080/10508420701713014 (liens en anglais)

[2] Expert indépendant des Nations Unies sur la protection contre la violence et la discrimination fondées sur l’orientation sexuelle et l’identité de genre https://www.ohchr.org/Documents/Issues/SexualOrientation/ConversionTherapyReport_FR.pdf

[3] P. ex. : l’Organisation panaméricaine de la santé (OPS) et l’Association mondiale de la psychiatrie (liens en anglais)

[4] https://bornperfect.org/survivors/ (lien en anglais)

[5]https://fr.cbrc.net/les_resultats_de_l_enquete_sexe_au_present_revelent_la_prevalence_des_efforts_de_conversion