Vous pensez au suicide? Veuillez téléphoner sans frais au 1-833-456-4566 (Au Québec : 1-866-277-3553), ou visitez www.crisisservicescanada.ca/fr.

Vous êtes présentement sur le site Web :

national

Visitez nos sites Web provinciaux

La plupart des Canadiens craignent que la COVID-19 ne disparaisse jamais

Pour diffusion immédiate

Une nouvelle étude montre que le stress chronique pèse lourdement sur les individus et les organisations 

TORONTO (ONTARIO), le 1er mars 2022 – Loin d’avoir l’impression que la pandémie est derrière eux, la plupart des gens au Canada ressentent du stress par rapport à l’avenir : 64 % s’inquiètent que de nouveaux variants apparaissent et 57 %, que la COVID-19 circule encore des années. Après deux ans de pandémie, les facteurs de stress, dont le deuil et les traumatismes, auront vraisemblablement des effets importants sur la santé mentale à long terme. Et tant la population générale que les fournisseurs de soins de santé mentale de première ligne sont concernés. C’est ce que révèlent le quatrième tour de l’enquête nationale Les conséquences de la COVID-19 sur la santé mentale, menée conjointement par l’Association canadienne pour la santé mentale (ACSM) et une équipe de recherche de l’UBC, et le rapport de recherche de l’ACSM À bout de bras : comprendre comment les organismes communautaires en santé mentale ont fait face à la pandémie de COVID-19, tous deux publiés aujourd’hui.  

« Nous observons des signes de stress chronique au sein de la population, se désole Margaret Eaton, cheffe de la direction nationale de l’ACSM. Malheureusement, les organismes communautaires de santé mentale ont puisé dans leurs maigres réserves pour tenir à bout de bras l’offre de services et répondre aux besoins en contexte de COVID-19 et ils sont maintenant à bout de souffle. Il serait temps de porter attention au voyant lumineux qui nous signale que notre système de santé mentale est sous tension. » 

Le stress chronique de la gestion de la pandémie nous mine sérieusement. Il complexifie la prise de décisions pourtant simples, sape notre énergie et nous épuise. Près de la moitié (46 %) des personnes au Canada ressentent du stress ou de l’inquiétude face à l’incertitude. 

« Nous notons de grandes disparités dans la façon dont différents groupes de personnes sont touchés par la pandémie, et cela alimente la fracture sociale avec, d’un côté, les gens en bonne santé mentale et, de l’autre, ceux dont la santé mentale est fragile », soutient la chercheuse principale de l’étude, Emily Jenkins, également professeure en sciences infirmières à l’UBC et experte en santé mentale et en toxicomanie. « Nous savons depuis longtemps que les effets de la discrimination, du racisme et de la pauvreté peuvent avoir de profondes répercussions sur la santé mentale et le bien-être. Et la réalité, c’est que tout le monde n’est pas en mesure d’aller de l’avant. De toute évidence, il s’avère que nous ne sommes pas vraiment tous dans le même bateau, comme on dit. »   

Plus du tiers (37 %) des Canadiennes et des Canadiens déclarent avoir vu leur santé mentale décliner depuis l’arrivée de la pandémie, une situation qui touche plus particulièrement les groupes vulnérables, comme les personnes au chômage en raison de la COVID-19 (57 %), les personnes qui avaient déjà des problèmes de santé mentale (54 %), les personnes LGBTQ2+ (49 %), les étudiantes et étudiants (47 %), les personnes ayant un handicap (44 %) ou les membres des peuples autochtones (42 %). De surcroît, plus du tiers (36 %) des gens au pays s’inquiètent des effets cumulatifs de la pandémie de COVID-19 conjuguée à la crise climatique et 8 % ont récemment eu des pensées ou des envies suicidaires. 

Des millions de personnes n’ont pas accès à l’aide dont elles ont besoin en santé mentale et en dépendances, que ce soit en raison des longues listes d’attente ou à cause des coûts élevés. Elles comptent sur les services et soutiens gratuits qui sont offerts dans le secteur sans but lucratif, mais les organismes, surchargés, ont atteint le point de rupture.  

Pour Margaret Eaton, il n’y a plus de doute : « Les organismes communautaires qui œuvrent en santé mentale et dépendances ne peuvent pas répondre aux besoins croissants dans le modèle de financement actuel. Entre le sous-financement chronique, la mosaïque de services disparates et la population qui ne sait pas où aller, il est évident que tout le monde ne reçoit pas l’aide requise au moment voulu. »  

Au Canada, près de 1 personne sur 5 (17 %) estime avoir eu besoin de soutien en santé mentale pendant la pandémie sans en avoir obtenu pour diverses raisons : elles ne savaient pas comment ni où obtenir de l’aide (36 %), n’avaient pas les moyens de payer pour en obtenir (36 %) ou ont connu des difficultés d’accès (29 %). D’autres fois, c’est parce que leur assurance ne couvrait pas l’aide requise (19 %).  

L’ACSM demande au gouvernement fédéral de : mieux financer et soutenir les services communautaires en santé mentale; mieux les intégrer dans le système de santé; prévoir un financement fédéral stable et à long terme des programmes, services et soutiens essentiels offerts dans le secteur de la santé mentale communautaire; investir dans les programmes et stratégies de promotion de la santé mentale et de prévention des maladies mentales; financer publiquement les services communautaires de soutien psychologique et de psychothérapie; investir dans le logement, le soutien au revenu et la sécurité alimentaire. 

« Nous sommes vraiment reconnaissants pour la créativité et la compassion dont nos fournisseurs de services de santé mentale du secteur communautaire ont fait preuve pour répondre aux besoins des gens, mais ce “mode d’urgence” n’est pas viable pour le personnel et ne l’est pas non plus pour la clientèle qui requiert une aide stable et à long terme », souligne Margaret Eaton. « Il est temps de réformer notre système de santé mentale. »  
 
Besoin d’aide? 

Si vous-même ou un être cher êtes en difficulté, communiquez avec votre ACSM locale ou visitez le portail du gouvernement du Canada, Espace Mieux-Être. Si vous êtes en crise, appelez le numéro sans frais 1-866-277-3553 au Québec ou 1-833-456-4566 ailleurs au Canada, ou composez le 911. 
 

À propos de l’enquête 
L’enquête a été réalisée par Maru/Matchbox entre la fin de novembre et le début de décembre 2021 auprès d’un échantillon représentatif de 3 030 personnes âgées de 18 ans et plus et vivant au Canada. Le quatrième tour de cette enquête nationale sur l’évolution de la santé mentale a été rendue possible grâce au généreux soutien de Co-operators. Pour obtenir un résumé des conclusions de l’enquête, cliquez ici

À propos du rapport de recherche 

Le rapport de recherche repose sur des entrevues de fond menées dans toutes les provinces et au Yukon pour expliquer comment les organismes communautaires du secteur de la santé mentale ont été touchés par la pandémie et comment ils y ont fait face. Cette recherche a été rendue possible grâce au généreux soutien de Co-operators. Pour consulter le rapport complet, cliquez ici.  

À propos de l’Association canadienne pour la santé mentale 
Fondée en 1918, l’Association canadienne pour la santé mentale (ACSM) est l’organisation communautaire du secteur de la santé mentale la plus vaste et la mieux établie au Canada. Grâce à sa présence dans plus de 330 communautés dans l’ensemble des provinces, l’ACSM œuvre en défense des droits et offre des ressources qui contribuent à prévenir les problèmes de santé mentale et les maladies mentales, à soutenir le rétablissement et la résilience et ainsi, permettre à toutes les Canadiennes et tous les Canadiens de s’épanouir pleinement. Pour en savoir plus, visitez le www.acsm.ca

-30-

Pour les demandes des médias : 

Katherine Janson 
Directrice nationale des communications 
Association canadienne pour la santé mentale 
[email protected] 

Alex Walls 
Spécialiste des relations médias 
Relations médias de l’UBC 
Téléphone : 604 822-2048 
[email protected]