Vous pensez au suicide? Veuillez téléphoner sans frais au 1-833-456-4566 (Au Québec : 1-866-277-3553), ou visitez www.crisisservicescanada.ca/fr.

Vous êtes présentement sur le site Web :

national

Visitez nos sites Web provinciaux

ACSM et le Centre de prévention du suicide réagissent au rapport du CAC sur l’aide médicale à mourir

DÉCLARATION

L’Association canadienne pour la santé mentale et le Centre de prévention du suicide réagissent au rapport du CAC sur l’aide médicale à mourir

Calgary (Alberta), le 17 décembre 2018 : L’Association canadienne pour la santé mentale (ACSM) et le Centre de prévention du suicide (CSP), une filiale de l’ACSM, félicitent le Conseil des académies canadiennes (CAC) de ne pas recommander, dans son rapport du 12 décembre 2018, une extension de la loi sur l’aide médicale à mourir (AMAM) dans son état actuel aux personnes dont la cause sous-jacente est la maladie mentale.

Notre position, publiée en août 2017, demeure la même.

À savoir,

En tant qu’organisme axé sur le rétablissement, l’ACSM ne croit pas que les maladies mentales sont irréversibles, bien qu’elles puissent être graves ou insupportables.

Nous reconnaissons que les personnes atteintes de maladies mentales peuvent éprouver des souffrances psychologiques insupportables en raison de leur maladie, mais il y a toujours l’espoir d’un rétablissement.

La position de l’ACSM sur l’aide médicale à mourir est que les personnes ayant un problème de santé mentale ou une maladie mentale doivent recevoir d’abord toute l’aide nécessaire pour vivre et s’épanouir.

En outre, le CPS affirme :

Le CPS ne croit pas que les idées suicidaires, les crises et les tentatives de suicide sont irréversibles, bien qu’elles puissent être graves ou insupportables. Grâce à un soutien adéquat, l’espoir d’un rétablissement existe toujours.

En outre, nous demandons au gouvernement du Canada d’accroître l’accès aux soins de santé mentale communautaires, en présentant une loi sur la parité en santé mentale, afin que l’accessibilité des options de traitement des maladies mentales fondées sur des données probantes soit égale à l’accessibilité des traitements des maladies physiques. Il est nécessaire d’établir un équilibre entre les soins de santé mentale et les soins de santé physique pour fournir aux personnes atteintes de maladies mentales le soutien et les services nécessaires dont elles ont besoin pour se rétablir et s’épanouir.

Pour obtenir de plus amples renseignements, veuillez communiquer avec :

Crystal Walker

Coordonnatrice des communications

Centre de prévention du suicide

(403) 245-3900, poste 229

[email protected]

Katherine Janson
Directrice nationale des communications
Association canadienne pour la santé mentale
(416) 646-5557 poste 24923
[email protected]